The Shoes, Dj Pone, Mouloud Achour @ Showcase Paris

Article pour No Music Magazine

Mars 2014


Ce jeudi 27 mars s’est déroulée la projection de l’avant première du film « La Crème de la Crème » de Kim Chapiron au Gaumont Marignan (sortie officielle le 2 avril 2014). Cependant, cette promotion ne s’arrête pas là : comme après chaque avant-premières de ce long-métrage, s’en suit une soirée « clubbing » spécialement organisée par le réalisateur. Ce soir là, c’était au Showcase que ça se passait. Remettons les choses dans leur contexte, « La Crème de la Crème » met en scène la fine fleur des plus prestigieuses écoles de commerce s’amusant à mettre en parallèle les lois du marché aux relations garçons / filles : « Tout se vend car tout s’achète ». Il va donc de soi qu’une avant-première doit se clôturer dans les règles de l’art.

A quelques pas du Grand Palais sous le pont Alexandre III, le Showcase a rouvert  ses portes ce 20 mars. Résultat : une architecture imposante, un agencement stylisé et une direction artistique reconnue associant We Love Art et Savoir Faire. De cette avantageuse combinaison en résulte un « week-end » inauguration digne de ce nom avec entre autres Disclosure, Totally Enormous Extinct Dinosaurs, dOP ou encore Dominik Eulberg. 

Forcément, nous n’en attendions pas moins quant au lineup proposé par Kim Chapiron jeudi dernier. Nous avons été servis ! The Shoes, Dj Pone, Mouloud Achour & Friends…  C’est Get A Room! qui ouvre la marche. Par sa grandeur, la salle semble vide voire même inanimée par endroits. Les têtes sont encore dans la projection, les conversations également. Sur un air funky, l’ambiance est timidement sage. L’heure tourne, le Showcase se rempli au goutte à goutte, derrière les platine également. En effet, la fine équipe organisatrice de la soirée est une bande de potes qui profite comme tout le monde. A peine le temps de s’en griller une que The Shoes s’étaient déjà imposés. Au vu de l’engouement de la foule désormais présente ainsi que des pas de danse étranges effectués par des énergumènes, ils étaient sans aucun doute LA tête d’affiche de la soirée (Y a-t-il un lien avec leur forte présence sur la toile depuis la sortie de leur remix de Pharrell Williams « Happy » ?). De Disclosure à Metro Area en passant par leur propre tracks, le set est propre, fluide et se clôture de façon magistrale. Dj Pone emboite le pas de façon plus énergique, débutant selon ses influences hip-hop old school puis allant vers l’extravagance de son dernier EP Erratic Impulses. L’ambiance, elle, est également loin de battre de l’aile. Vient Mouloud Achour. Et oui, ce n’est pas qu’un journaliste ! Il a également un pied dans le monde de la musique ! Content de partager « Drunk In Love » de Beyonce, il se fait plaisir, il nous fait plaisir. C’est sur cette dernière touche que le Showcase commence petit à petit à se dépeupler. 

Par cette bonne ambiance, objectif réussi pour Kim Chapiron : marquer les esprits et communiquer l’environnement de son film. Rendez-vous donc le 2 avril sur les écrans.

Death Canoe + Quetzal Snakes @ Black Sheep Montpellier

Article pour No Music Magazine

18 Novembre 2013


Samedi 16 novembre ,21h, un mercure au dessous des 10°, quoi de mieux qu’un bon live Rock accoudés au comptoir d’un bar à bières ! A Montpellier, ca ne court pas les rues et c’est au Black Sheep que ca se passe. Lumières tamisées et effluves de houblon ajoutés à l’ambiance générale plutôt Dark nous plonge dès notre entrée dans le contexte. La salle de concert située au sous-sol arbore les mêmes vertus (rien d’étonnant !). Une scène omniprésente laissant s’installer le sentiment de proximité, une atmosphère chaleureuse composée de personnages divers et variés, un bar, un fumoir… Le décor planté résulte d’un cocktail efficace permettant d’œuvrer ses sens en paix ! A vos cuirs, nous entrons dans le vif du sujet. Ce soir, Quetzal Snakes, tout droit venu de Marseille assure la première partie du groupe Montpelliérain Death Canoe.

Doucement mais surement, la salle se remplie, les artistes installent leur matos, l’engouement est là. C’est parti : les 5 Marseillais prennent place et envoient du « Garage Rock» (avec l’accent svp…). Difficile mais pas impossible de tenir à 5 sur l’estrade. Les morceaux s’enchainent naturellement, l’euphorie sur scène va crescendo jusqu’à l’apogée : Gros bordel. Ce bordel est loin de provoquer des acouphènes, bien au contraire ! Acoustiquement parlant, rythme et structure demeurent toujours maitres mots.

PAUSE.

Le temps d’échanger leurs sentiments sur ce premier passage pour les uns, de se déshydrater ou d’en griller une pour d’autres (à chacun sa manière), place à Death Canoë.

Qui sont-ils ? Autour d’un verre, ils nous font part de leur histoire (plutôt accessibles les types !). Death Canoë est le résultat de l’union de 3 artistes mais 3 potes avant tout. Ils se sont trouvés il y a 3,4 ans formant le groupe de garage What’s Up Dude. Déterminés, ils ont décidés de partir en Angleterre. Cependant les projets personnels de chacun ont entrainé leur séparation et leur propre évolution. Cet été, les 3 potes se sont retrouvés sur Montpellier après de multiples expériences. Celles-ci mises en commun, ils ont tendus tous les 3 la même vague Rock psyche. L’un ayant composé un EP de 5 tracks prêt à être enregistré, c’est de façon évidente qu’ils se sont retrouvés. Death Canoe résulte de cette évolution.  Première partie de Dead Meadow il y a un mois, et Wall Of Death hier, ils se retrouvent aujourd’hui en tête d’affiche.

Alors ? Quand ils décident d’être « sales », ils le font bien. Pas trop non plus malheureux ! On casse un peu tout ca avec une touche acoustique. Des potes présents dans la salle, un enjouement collectif, flash d’appareils de part et d’autre, danses improbables,  le psyche-stone s’empare de nous.

A la sortie, réaction unanime : Belle soirée !